Hai Phong

09/06/16

Principal port et premier centre industriel du Vietnam, Haiphong est une création du colonialisme français (1874). Sont port établi sur le Cua Cam servait, et sert toujours, aux charbonnages de la province de Quang Ninh. Défigurée par les bombardements américains de 1965 à 1972, Haiphong n’était plus que le souvenir d’une ville, triste et noire, au début des années 1990. Mais, à l’instar de Hanoi, elle s’est refait une beauté. Même si sa réhabilitation vise plus à séduire les investisseurs que les touristes, Haiphong a du chic et l’étape permet de croiser l’ambiance d’une grande ville du Bac Bo, autre que la métropole.

Le centre-ville

L’agglomération s’étend sur des kilomètres carrés de vilains faubourgs industriels et de HLM, mais le centre-ville offre une meilleure mine. Une ville coloniale s’était développe en rues tracées au cordeau de part et d’autre de l’avenue Dien Bien Phu, le long de laquelle se dressent toujours quelques vieux hôtel, réhabilités depuis avec plus ou moins de bonheur. Les collections du musée d’Histoire balaient l’histoire régionale de la préhistoire à nos jours.

À l’angle de Dien Bien Phu et de Minh Khai, qui conserve plusieurs constructions de caractère, une ancienne halle abrite un marché couvert. Non loin de là, le double boulevard Tran Hung Dao-Tran Phu se prolonge en un mail, aménagé en promenade plantée sur un bras de rivière comblé, jusqu’au théâtre municipal, don’t la façade néoclassique a été repeinte en rose. La place est investie par les marchandes de fleurs d’ornement et de couronnes mortuaires.

Les quartiers Sud

Tandis que la rivière réapparaît à l’ouest de cette esplanade, la très commerçante rue Cau Dat s’échappe vers les quartiers sud. À l’est de cette dernière s’élèvent encore deux vestiges de l’époque coloniale. La gare ferroviaire a eu elle aussi droit à son coup de peinture, jaune et blanc, aux couleurs de Hanoi. Un peu plus loin, l’ancien hippodrome a été converti en stade de football. Le sud-est fut toujours un quartier vietnamien. En suivant Hang Kenh, vous retrouvez l’ambiance du quartier des Trente-Six Guildes de Hanoi, peut-être même en plus authentique. L’étage des maison-boutiques est resté en bois. Au rez-de-chaussée, on vend briquettes de charbon, vannerie et objets d’offrandes.

Le dinh Hang Kenh, situé sur Nguyen Cong Tru, une rue à l’ouest de Hang Kenh, est une ancienne maison communale, toujours debout depuis ses derniers travaux de restauration, en 1767. Cette sobre bâtisse est rythmée de fenêtres à claire-voie et surmontée d’un imposant toit à croupe. À l’intérieur, la charpente de bois, posée sur des arbalétriers et des consoles à tête de dragon, contraste avec les autels récemment rénovés. Devant la tablette du génie tutélaire, un palanquin doré attend la prochaine procession.

Au bout de la rue Chua Hang s’élève la pagode Du Hang, également appelée pagode Phuc Lam (pagode de la <forêt du Bonheur>). De fondation ancienne, elle prit de l’importance au 17es., puis au 19es., grâce à l’activité de patriarches éminent. Elle doit sa physionomie actuelle à des campagnes de restauration entreprises en 1905 et en 1917. L’intérieur est d’un kitsch étourdissant, mais l’autel principal, dédié à une trinité bouddhique, est richement orné de bois sculptés dans le style cantonais.

Vous découvrirez les installation portuaires de l’embouchure du Cua Cam si vous quittez Haiphong en bateau. La plupart des équipement sont destinés au stockage du pétrole et le va-et-vient des barges transportant le charbon du Quang Ninh est incessant.

Rate this post

Categories similaires

Copyright © 2002 - 2015. All Rights Reserved by Voyage Vietnam
Yahoo Support Skype Support
Hotline : 0084-989783680
Support en ligne RDV téléphonique gratuit Devis sur mesure