Ébénisterie et travail du bois

27/06/16

Autrefois, les bois durs (bois de fer) er précieux (palissandre) abondaient dans les forêts de l’intérieur. La cour, les temples, mais aussi les arts de la scène (instruments de musique de l’opéra et marionnettes sur l’eau) furent les grands commanditaires de meubles, de statues et d’objets taillés dans ces bois. L’ébénisterie est sans nul doute le domaine où se sont le mieux illustrés les artisans vietnamiens, bénéficiant de la longue tradition des assemblages complexes de la charpenterie et de la construction navale.
De nos jours, les intérieurs de temples permettent d’admirer des morceaux choisis d’un savoirfaire qui s’est maintenu : sentences parallèles encadrant l’autel, panneaux décoratifs travaillés en bas-reliefs ou ajourés, trônes at autels, loges de tablettes, ect. Le mobilier de cour n’est plus visible que dans les musées, mais les ébénistes d’aujourd’hui s’en inspirent pour la commande contemporaine : lits-cages, armoires à thé, sièges, coffres, écrans, plateaux et coffrets.
Laque et marqueterie de nacre sont les principales techniques – trai, nacre tirée d’une variété de moule, et xa cu, nacre irisée provenant de Nha Trang et de Hoi An -, la nacre est tout d’abord taillée et polie en plaques, dans lesquelles les motifs d’incrustation (fleurs, oiseaux, personnages et motifs porte-bonheur) sont découpés à l’aide d’une scie très fine. La préparation des surfaces à incruster dans le bois exige ;a même minutie d’orfèvre, pour que la pièce nacrée, fixée à la colle, s’adapte parfaitement.

Rate this post

Categories similaires

Copyright © 2002 - 2015. All Rights Reserved by Agence de voyage au Vietnam pas cher
Yahoo Support Skype Support
Hotline : 0084-989783680
Support en ligne RDV téléphonique gratuit Devis sur mesure