Musée des Beaux-Arts

09/06/16

Musée des Beaux-Arts (Vien Bao Tang My Thuat) – 66 Nguyen Thai Hoc, au coin de Cao Ba Quat – tlj sf lun. 8h-12h, 14h-17h – 30.000 VND – comptez 1h. derrière la façade couleur vanille et café d’un ancien lycée de jeunes filles, le mussé explore sur trois étages le patrimoine artistique du pays. Les salles du rez-de-chaussée débutent avec d’art du Dong Son, rare accasion d’admirer la virtuosité des bronziers de ces âges. Les objets d’apparat déploient figures humaines ou animales, traitées avec beaucoup de verce. Rares sont les sculptures chames, mais de belle qualité: une jolie danseuse de Tra Kieu, un buste féminin d’un grand classicisme, un joueur de flûte à l’air mélancolique et un danseur cambré comme un esclave de Michel-Ange.

On peut se faire une idée complète de la sculpture vietnamienne du 10e au 18e., mais attention, certaines sont des copies non signalées. La délicatesse de l’art des Ly (1009-1225) transparaît dans sa sculpture architecturale: piédestal où deux lions s’enroulent pour jouer avec une perle, base de colonne ciselée d’une farandole de danseurs et musiciens. Au contraire, l’art des Tran (1225-1413) joue sur la vigueur de formes amples, à l’exception des claustras de porte ou de fenêtre sculptés de figurines. La renaissance artistique sous les Le et les Mac éclate dans une Quan Am aux 40 bras, assise sur un lotus porté par un géant émergeant des flots, ou un bouddha de l’Ouest au visage penché et empreint d’une beauté androgyne (copie d’une sculpture de la pagode Phat Tich de Bac Ninh). L’art des Le postérieurs (1428-1789) est de facture plus fruste, mais pleine de saveur quand il s’agit de camper des scènes quotidiennes pour orner les maisons communales. Une dernière salle présente des peintures anciennes, tels ce couple du roi Ly Nam et de sa reine exécuté en laque sur bois au 17es., le portrait, d’une précision photographique, de Nguyen Chu Ai en costume de mandarin, ou un rouleau vertical peint à l’encre sur soie représentant le retour des mandarins avec tous les honneurs.

Au 1er étage, il est question d’art populaire avec les estampes de Dong Ho, la broderie de Hanoi, les tableaux rituels sur bois des Tays et des Nungs, et les sculptures funéraires des Gia Lais. Les salles suivantes amorcent les collections du dernier étage qui déroulent la grande séquence de la peinture réaliste avec des peintures à l’huile ou à la laque des élèves des Beaux-Arts. Le temple de la Littérature s’étend face au musée, mais il faut longer son mur d’enceinte pour en trouver l’entrée qui, selon les normes de la géomancie extrême-orientale, ouvre au sud.

Rate this post

Categories similaires

Copyright © 2002 - 2015. All Rights Reserved by Agence de voyage au Vietnam pas cher
Yahoo Support Skype Support
Hotline : 0084-989783680
Support en ligne RDV téléphonique gratuit Devis sur mesure